08/11/2017

Anne Sila, le Dôme de Paris et le talent

Certains pensent que le talent se suffit à lui-même. Tant que le credo du public résonnera ainsi, les maisons de productions auront de beaux jours devant elles. Mais lorsque ce sont des artistes, tel Narcisse, ils se noient dans leur propre reflet. Si c'est le cas pour certains, ce n'est de loin pas le cas de Anne Sila.

Travailleuse acharnée, elle a relevé le défi de se produire dans un spectacle qui bouscule les codes de ma conception laïque de la foi. Le livret écrit par Christophe Barratier est fidèle au récit biblique et n'accorde aucune place à la romance. Tout au plus, il nous offre çà et là quelques capsules humoristiques afin de faire avancer cette inexorable histoire de résurrection.

La chorégraphie met en scène une troupe de danseuses et de danseurs flirtant à chaque tableau avec une performance artistique et imprime du dynamisme qu'une telle narration fait immanquablement redouter. Ils trouvent plus que leur place autour du décor qui s'articule entre les éléments physiques ou les images vidéo et soutienne en arrière-plan les émotions que les acteurs ne peuvent exprimer seuls.

Et Anne Sila dans tout ça?

Pour rester objectif devant cette artiste multi-facettes et perfectionniste, je me livrerai à un reflet écrit de la soirée du 3 novembre 2017. Autant le dire tout de suite, Anne Sila m'a conquis au premier souffre de voix et n'a pas eu à forcer pour que je m'incline devant la somme son travail. En trois chansons et six apparitions, elle propose un tour complet de son personnage dans une bluffante interprétation de Marie au point que jamais l'on ne doute de son potentiel d'actrice. Au détour de sa puissance de convictions, ses interprétations vocales font oublier les autres partitions de ce spectacle musicale. Bien que l'on reconnaisse la touche Obispo sur chaque mouvement musical, Anne Sila s'approprie d'une telle manière ses chansons que j'ai douté sur leur filiation. Malgré cette magnifique performance le miracle ne s'est pas arrêté là.

Son travail régulier a révélé toute la maîtrise et les nuances de son instrument vocale, ce qui a permis aux spectateurs du Palais des Sports d'entendre pour une des rares fois son vibrato. Si le silence qui suit du Mozart est aussi du Mozart, que dire de ce souffle venu de nul part, semblable à un bruissement de feuilles? Je vous passe les détails physiologiques de cette prouesse afin de simplement souligner que d'oreille de mélomanes, rares sont les "chanteuses" qui sont parvenues à un tel niveau de sublimation vocale. Cette mise à nu de l'âme humaine permet à tant d'émotions de nous atteindre sans l'ombre d'un obstacle. Ce fut tout simplement transcendant!

Les superlatifs pour qualifier le frisson ressenti ne suffiraient pas à faire passer mon message. Que ce soit sur ce blog ou sur les réseaux sociaux, je me suis déjà longuement penché sur les qualités d'Anne Sila en évoquant sa virtuosité, son écoute musicale et sa capacité à faire corps avec un band afin de proposer à son auditoire un ensemble unique, travaillé et parfaitement maîtrisé.

Jamais je ne me suis penché sur l'émotion que j'ai ressenti en écoutant son audition à l'aveugle en 2015 et aujourd'hui plus que jamais je l'avoue; Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai. Dire que ce jour-là je fus bouleversé serait vain tant l'authenticité de son interprétation accompagne encore ses pas et son visage d'ange.

Je lui souhaite de trouver encore longtemps le plaisir de partager avec nous sa passion musicale, son cœur et surtout le fruit de son travail. Dans la plus grande discrétion elle inscrit son parcours en lettre d'or dans la légende des Géants. J'espère vivre encore longtemps pour connaitre la moitié de son œuvre.

NDLR: Je ne le vous dirais jamais assez; Merci Madame Sila.

 

Antonio Gambuzza

 

La plus belle version de ce magnifique cover écrit par le groupe espagnol Meccano. 

https://www.youtube.com/watch?v=AxMYJur7gE8

18:59 Publié dans Air du temps | Tags : anne sila, palais des sports, le dôme de paris, jésus le spectacle. | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/09/2017

La retraite, les femmes et le treizième salaire pour les couples mariés

24 septembre 2017, l’enjeu est important. Si l’on ne fait rien, à l’horizon 2030 la caisse AVS sera vide. Le train de mesure soumis au vote populaire permettrait de connaitre les mêmes difficulté à l’orée 2027 déjà. Une question se pose, nous prendrait-on pour des pigeons ?

En réalité, ce train de mesure ne permet pas d’assainir l’AVS mais d’augmenter significativement les rentes des retraités mariés (3’000.-/an au maximum) tout en accordant une compensation aux célibataires. Y aurait-il à Berne une personne suffisamment misogyne pour imaginer que la principale cause de divorce viendrait de l’inégalité entre les couples et les célibataires? Poser la question semble absurde et pourtant, l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes n’est pas anodine. Cette révision remet en cause un acquis social important pour les femmes; la non considération de leurs obligations familiales et professionnelles.

Pourquoi nous vend-on le Oui avec comme argument un assainissement alors que les mesures proposées accélèrent la prochaine révision. Que vient faire le deuxième pilier dans cette révision de l’AVS? Pour mémoire les chambres fédérales nous ont gratifié d’une loi qui oblige les fonds de pensions à se capitaliser à hauteur de 80% des rentes versées, mesure prise après le crash de 2007 afin les renforcer face aux risques de crash boursiers. 

Les élus fédéraux ont semble-t-til remarqué que les cantons connaissent des difficultés d’assainissement des caisses publiques de prévoyance. Ne leurs donnent-ils pas un coup de pouce en leur permettant de se recapitaliser sur les cotisations des assurés en abaissant les rentes des futurs retraités? La baisse des rentes du deuxième pilier est une solution acceptable pour le Conseil fédéral simplement parce que les prestations complémentaires sont versées par les cantons. C'est donc un report de charge opéré depuis Berne cette fois combattu par les artisans de la révision précédente.

Depuis 10 ans les marchés financiers semblent offrir des rendements moins importants. Pourquoi imposer aux caisses l’obligation d’investir sur ces véhicules financiers alors qu’il leur est interdit d’être actives dans le crédit à la consommation, d'autant que le remboursement pourrait s’effectuer par prélèvement sur le salaire. 

Personne n’est dupe. Le 24 septembre nous n’assainiront pas l’AVS mais provoquerons une baisse des rentes car si l’on reçoit un peu plus d’un côté (840.-/an minimum et jusqu'à 3'000.-/an pour les couple mariés jusqu'à ce que la mort les séparent) nous perdrons beaucoup de l’autre (800.-/an de rente par tranche de 100’000.- de capital pour tous) sans compter les augmentations de financements directs et indirects.

Si les arguments développés sont fallacieux, ils avancent de nombreux avantages et dissimulent d’innombrable inconvénients, le résultat de cette votation n’empêchera pas le retour en emploi de certains retraités de la classe moyenne, d’’exilés qui priveront la consommation locale de retombées économiques et déchireront des familles entières en fragilisant le développement social de jeunes et d’ados sans parents ni grands-parents.

La Présidente de la Confédération l’a dit, augmenter l’âge de la retraite est une solution pour laquelle l'économie privée n'est pas disposée à faire d'effort. Certes une augmentation des cotisations peut s’envisager mais c’est surtout les restrictions sur le financement de l'AVS et du deuxièmes pilier qui doivent être revues. 

Mais ce travail là n’a pas encore débuté.

 

Antonio Gambuzza

16:02 Publié dans Air du temps | Tags : pv2020, tdg, chvote | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

22/08/2017

La jeunesse, la guerre et la migration

21 août 2017, le bilan des personnes portant le deuil du terrorisme s’alourdit.

Puisque tout le monde a un avis, je ne vais pas me lancer dans une parabole homérique du pourquoi et du comment. Pendant que certains titrent leur billet Le temps de l’inculture, d’autres se contentent de compter les morts et, drapés dans un ton digne et oppressant, nous commentent l’effervescence des réseaux sociaux sur le sujet. Parfois porté aux nues comme en Tunisie et le premier printemps arabe, ils font l’objet d’une attention si forte qu’il n’est plus nécessaire de s’y abonner pour suivre la fièvre virtuelle de notre société. Une question demeure sans réponse, qui sont ces agités du bocal qui, selon, chargent la foule à bord d’une camionnette où s'exprime leur haine de ce qui est différent.

Dans nos contrées, la religion se vit à l’intérieur. Dans ma contrée laïc, elle n’envahit que très peu l’espace public. A peine une volée de cloche nous dérange le dimanche matin, des croix publiques qui sont davantage un héritage artistique et aucun sanctuaire à la croisée des chemins. Dans les pays du sud, la cohabitation est certainement plus passionnée mais dans ce que l'on nomme le monde occidental, la provocation réside d’avantage sur la mainmise guerrière des échanges économiques et les avancées technologiques qui nous permettent de suivre les conflits armés de notre monde en temps réel.

De la morale supposée ou effective suinte ce tout unique, dont les ripostes désespérées de jeunes en rupture qui s'engagent pour un conflit dans lequel il n’est plus nécessaire de connaitre le démontage de son fusil. Le 11 septembre 2001 nous a appris que les guerriers kamikazes s’embarrassent uniquement de l’essentiel pour commettre leurs exactions alors que pour les contrer il nous faut un arsenal juridique et des moyens logistiques sans précédents.

Sans que cela excuse les attentats, peut-on encore soutenir la politique guerrière occidentale sans se sentir prêt à sacrifier une partie de nos valeurs ? Est-ce encore de l’objectivité lorsque l'on soutenient que nous ne pouvons accueillir la misère du monde alors qu’elle parait être la cendre de notre consumérisme sans limite ? Sans rire, acheter du pétrole aux puissances qui arment notre jeunesse puis se terrer dans un innocent discours de compréhension n'implique pas seulement nos gouvernements mais également ses électeurs majoritaires. 

Si les précédentes guerres des religions ont conduit à ne plus connaître de processions publiques, il venu le temps de rallumer les flammes de la bigoterie afin que toutes les expressions charismatiques et religieuses puissent se sentir indigènes et ne plus être le relais souterrain d’une guerre larvée, sans quoi, même la philosophie devra se chuchoter dans nos demeures afin qu’avance le Temps de l’ignorance.

 

Antonio Gambuzza

07:48 Publié dans Air du temps | Tags : @cambrils, @barcelone, @tdg, @le temps, @le courrier | Lien permanent | Commentaires (495) | |  Facebook | | | |