25/02/2013

Wahlen et le plan de la LAT

L’objectif avoué de cette loi est de reprendre la main sur notre souveraineté alimentaire. Alors pourquoi les partisans d’une Suisse indépendante s’opposent à cette loi ? Petit retour sur l’origine de cette mesure qui avait pour cadre la seconde guerre mondiale.

Nous étions alors seuls contre tous, pays d’émigrations et peu peureux, pendant que le secret bancaire n’était pas encore une institution. Et aujourd’hui ? La situation politique n’est plus comparable, le pays n’encourt pas même de sanctions économiques de ses principaux partenaires économiques. Pourquoi donc les milieux populistes avancent le diktat du fédéralisme comme principal argument ?

S'il est aisé de constater que cantons et communes ont failli dans leur mission de développement du territoire, c'est surtout sur la gestion des surfaces d’assolement que celles-ci ont démérité.

Contrairement à ce qui est dit, leurs prérogatives actuelles ne sont pas contestées, sauf qu’il ne sera plus possible de déclasser des terrains par complaisance. Pour ce faire, il devra y avoir une volonté de développement, avec des projets et un échéancier. Si les communes continueront de gérer leur zonage territorial, c’est bien dans la mise en pratique des plans localisés de quartiers que se concentreront les principales innovations.

Et si l’espace dévolu à l’agrandissement des villes est indispensable, c’est la qualité des plans urbanistiques et leur densification qui sera revue. Cette loi sert d’aiguillon, tout en veillant à se suffire en subsistance indispensable à l’indépendance régionale du pays. A Genève, si l'immobilier n’est pas touché, c’est bien dans l'agriculture que nous sommes appelés à performer.

Alors si je suis un raisonnement Pavlovien, c’est à un énième exercice de pompier-pyromane auquel se livre les partisans du NON. Et dans cette affaire, le masque de ces derniers s’étiole chaque jour qui nous rapproche de l’échéance du 6 octobre. Cette loi nous évitera un scénario digne de la crise des subprimes, à notre échelle nationale.

                                                                   Antonio GAMBUZZA

08:58 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

D'accord avec vous! Tout le monde et de loin, ne suis pas les mots d'ordre des partisans de l'indépendance de la Suisse.
Maintenant faudra pas pleurer quand on verra le saccage se faire sur 3-4 ans car les syndics des communes ont déjà avertis qu'ils allaient mettre les bouchées doubles pour faire constuire à foison sur les terrains actuellement disponibles et avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi.
Avant tout merci à la Lex Weber qui a donné le premier coup de frein.

Écrit par : Corélande | 25/02/2013

Il y a des éléments qui modernisent la loi, ce que la Lex WEBER ne permettait pas. L'interprétation de cette loi était déjà discutable, ce que confirme la nouvelle loi sur l'aménagement du territoire.

Écrit par : Toni | 14/03/2013

Les commentaires sont fermés.