26/08/2013

La poule et l'oeuf

Les référendaires de l’armée sont connus. De dangereux anarchistes libertaires xénophiles qui bradent nos valeurs et livrent notre Nation aux superpuissances dominantes par le biais de traités et d’accords bilatéraux. Leur stratégie est toujours la même ; effrayer la population avec un texte extrémiste en prétextant combattre une idéologie passéiste. 

Si cela parait utopique, le trait est à peine forcé. Les opposants à l’armée ont toujours réussis à grignoter une partie de notre défense nationale. Alors si leur résilience agace, elle n’en demeure pas moins efficace. En 25 ans, l’effectif militaire est passé de 650'000 unités à 120'000 et passera sans doute sous la barre des 100'000 unités avec les réformes attendues selon les projections d’avant référendum, c’est dire.

Petit rappel. En 1912, l’armée suisse comptait près de 220'000 unités, vaillantes et prêtes à défendre leur terre nourricière. 2013, les travailleurs de la terre ont disparu et nos forces défensives semblent prendre le même chemin. Alors s’il est facile de crier à la trahison face à autant d’intellectuels peu enclins à obéir, comment nommer l’hypocrite attitude qui consiste à brader notre héritage en prétendant le défendre ? Dans cette votation, les partisans de notre armée sont aussi dangereux que ses fossoyeurs.

Cela n’aura échappé à personne, la conscription obligatoire est l’autre face d’une seule et même pièce. L’enjeu n’est pas anodin même si le débat est légitime. A regarder de plus près, tout sépare les protagonistes de ce débat et vu d’ici, les protagonistes de ce débat constituent eux aussi les faces d’une même pièce.

Pour ma part, j’estime naïvement que les superpuissances devraient montrer la voie de la démilitarisation, tout comme les acteurs privés du marché de la guerre. Au lieu de cela, c’est un business qui ne s’est jamais aussi si bien porté.

 

Réponse le 22 septembre mais surtout après…

Antonio GAMBUZZA

09:57 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.