29/08/2013

T'es CS ou bien?

C’est amusant comme le TCS fait preuve de désintérêt pour les transports publics. Une certaine arrogance pourrait même être constatée si l’on se penchait sur leur soutient au renforcement la ligne 12. Lorsque l’offre de transport est de trois minutes aux heures de pointes, il paraît peu pertinent d’en ajouter en plaidant pour une proposition qui se veut être tirée à pile ou face ; pourquoi Carouge plutôt que les Trois-Chênes ? 

En terme de planification de transport, l’axe rue de Lausanne pourrait être renforcé. Mais comment imaginer le TCS proposer un renforcement d’un tracé contre lequel il s’est battu avec l’énergie du désespoir.

Sur les Acacias, la demande n’y est pas aussi forte malgré des pics importants en direction d’Uni-Mail. Encore que, Genève se positionne comme une cité universitaire de premier plan et un lien entre ses campus et le CERN me paraît légitime.

En réalité, le TCS nous démontre combien il est important pour lui de démontrer que malgré ses carences en matière d’organisation du trafic, son objectif avoué est d’organiser la vindicte populaire autour de la politique de transport menée par le Conseil d’Etat, avec des arguments qui plaisent à l’oreille mais qui se révèlent sans intérêt pour les clients des entreprises de transports publics.

Au final, les suppôts du guide Michelin ne se font pas à l’idée que la jeunesse ne rêve pas de prendre sa voiture pour jouir de calme pendant le week-end. Vouloir flâner dans des rues offertes aux chalands et autres commerces de proximités ne peut être qu’une aliénation de gauchiste.

C’est à se demander si pour résoudre les problèmes de transports, le TCS ne serait pas en faveur des journées de travail de 24h, véritable progrès social de ces deux derniers siècles, afin de ventiler les emplois sur une plage horaire plus vaste et donc moins favorable aux transports publics. 

Le TCS est un organisme non-gouvernemental dédié au rapatriement de ses abonnés et personne ne contestera qu’il excelle dans son domaine. Qu’il se limite à cela !

 

Antonio Gambuzza 

22:30 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/08/2013

La poule et l'oeuf

Les référendaires de l’armée sont connus. De dangereux anarchistes libertaires xénophiles qui bradent nos valeurs et livrent notre Nation aux superpuissances dominantes par le biais de traités et d’accords bilatéraux. Leur stratégie est toujours la même ; effrayer la population avec un texte extrémiste en prétextant combattre une idéologie passéiste. 

Si cela parait utopique, le trait est à peine forcé. Les opposants à l’armée ont toujours réussis à grignoter une partie de notre défense nationale. Alors si leur résilience agace, elle n’en demeure pas moins efficace. En 25 ans, l’effectif militaire est passé de 650'000 unités à 120'000 et passera sans doute sous la barre des 100'000 unités avec les réformes attendues selon les projections d’avant référendum, c’est dire.

Petit rappel. En 1912, l’armée suisse comptait près de 220'000 unités, vaillantes et prêtes à défendre leur terre nourricière. 2013, les travailleurs de la terre ont disparu et nos forces défensives semblent prendre le même chemin. Alors s’il est facile de crier à la trahison face à autant d’intellectuels peu enclins à obéir, comment nommer l’hypocrite attitude qui consiste à brader notre héritage en prétendant le défendre ? Dans cette votation, les partisans de notre armée sont aussi dangereux que ses fossoyeurs.

Cela n’aura échappé à personne, la conscription obligatoire est l’autre face d’une seule et même pièce. L’enjeu n’est pas anodin même si le débat est légitime. A regarder de plus près, tout sépare les protagonistes de ce débat et vu d’ici, les protagonistes de ce débat constituent eux aussi les faces d’une même pièce.

Pour ma part, j’estime naïvement que les superpuissances devraient montrer la voie de la démilitarisation, tout comme les acteurs privés du marché de la guerre. Au lieu de cela, c’est un business qui ne s’est jamais aussi si bien porté.

 

Réponse le 22 septembre mais surtout après…

Antonio GAMBUZZA

09:57 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |