17/09/2013

Aux Cherpines, péremptoire préemption.

En zone de développement 3, le chemin normal d’une transaction foncière de gré à gré passe toujours par l’acceptation ou le renoncement de la commune à user son droit de préemption.

 

Garant des conditions-cadres de la vie des communiers, ce lundi 16 septembre, le Conseil municipal s’est montré inflexible et s’est prononcé en faveur d’un achat bienvenu sur les Cherpines, afin d’y posséder les droits à bâtir qui lui assureront de garder la main sur le développement de son territoire.

 

 

Une méthode adaptée aux besoins sportifs du site tente de se profiler en évoquant la renonciation de ce droit en échange de cession gratuite de terrain nu de leurs droits à bâtir. Innovante, elle peut surprendre mais elle possède plusieurs atouts.

 

 

Depuis le début de l’été, les premières ventes s’effectuent et les échanges entre la commune et les acheteurs vont bon train. Toujours courtois, les intérêts de chacun se défendent avec force et conviction et, dans l’histoire dans la Ville de Plan-les-Ouates, l’on tient parole.

 

 

Le vote de ce lundi doit donc être pris comme un signal politique fort qui vise à soutenir le travail du CA dans sa tâche. L’idée que le message se diffuse dans le milieu me donne bon espoir pour la suite.

 

S’il faut encore le répéter, l’objectif est de créer des synergies et à cette fin, l’achat de parcelles en partenariat avec des promoteurs privés sera bien accueillie. Parce que nous voulons des logements accessibles sur la durée, mais également favoriser l’éclosion de coopérative d’habitation et la création de PPE, nous ne souhaitons pas inonder le marché en abusant de ce droit régalien.

 

 

Nous pratiquons une politique d’accueil et d’intégration dynamique afin que notre population actuelle et future s’identifie à notre culture communale.

 

 

Donc, Messieurs les promoteurs, de grâce, lorsque le CA vous déclare qu’il fera valoir son droit de préemption, considérer également l’offre qui vous est faite. Notre commune n’a pas pour habitude vous escroquer, sans pour autant être faible devant le pot de fer.

 

 

 

Antonio GAMBUZZA

Conseiller municipal à Plan-les-Ouates

 

23:51 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/09/2013

L'appel du loup

Autant que faire ce peut, je garde le silence sur le drame qu’est la mort de celle qui symbolise la pureté de l’innocence, celle qui pour un temps est devenue l’amie de tous, Adeline.

 

Ce n’est pas tellement les conditions de son décès qui me choquent. Les informations diffusent, semblable à des gorges chaudes, alimentent les communiqués de presse relayés par une profession en quête d’audience.

 

Toujours et encore, complice de la communication débridée, les commentaires fusent, exprimant le manque de transparence, comme si les éléments d’une instruction judiciaire étaient publics, comme si tout devait se figer autour de ce drame social.

 

Pour ma part, j’aimerais accompagner dans le recueillement la famille de la victime dans un contexte serein, clore mes paupières un instant pour être en pensée avec Adeline, avec sa famille.

 

Alors, « politiques » de tous bords, femmes et hommes publics, commentateurs des réseaux sociaux, s’il vous plait, fermez là !

 

 

Antonio GAMBUZZA

13:30 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/09/2013

P&G et l’allocation rentrée.

"-Lorsque l’on offre de l’argent, c’est normal que les gens le prenne." C'est par ces mots que tonnait ce matin le Conseiller municipal en Ville de Genève Fiumelli les colonnes du 20 minutes. Et lorsque que le Vice-président de P&G réclame de meilleures connexions aéroportuaires, je ne lis aucun étranglement politique lui demandant sa permission. 

Je ne souhaite pas m’étendre sur les déclarations reprises par le quotidien public, moins encore sur les déclarations légitimes d'un capitaine d'industrie. Ce billet à juste la prétention de dénoncer un fait du prince; le mépris des besoins de la population. "Lassée" pour compte par certains ou considérée comme parasite par d’autres, il n’y a guère que les puristes accorder encore à la population l’ombre du souverain. 

Ce n’est pas de sollicitude ou de promesse dont la plèbe a besoin, encore moins que l’on lui désigne ses ennemis. Un emploi, chez P&G pour certains, un toit pour un loyer abordable, de quoi se nourrir, se vêtir, s’informer mais surtout, de la reconnaissance pour ses qualités historiques.

Pas grand chose en somme mais une quadrature vertueuse d'un cercle qui défini l'homme moderne; vivre en groupe mais se déplacer et penser en individu unique. Et si certains emplois demandent des subsides pour survivre dans un canton si cher, certains usent de convictions pour les considérer comme inhébergeable  sur le territoire.

Peu importe que vous soyez né à Genève ou nez chez Firmenich, politiquement vous êtes considéré comme un contribuable. Le tout est de savoir si vous coûterez des subsides ou de la défiscalisation. Si au contraire vous contribuerez à la fortune de l’Etat, soignant au passage l’ego de quelques bobos, alors c’est jackpot. De la droite modérée à celle dite "ni de droite ni de gauche" tous vous feront des courbettes en vous expliquant que les congés-ventes ne sont pas l'outil pour éloigner les pauvres de leurs racines.

 

Chez nos élites les idées fusent mais leur discours négligent l’épicentre de l’effondrement en Europe. Programmé pour après-demain, norme de l’OCDE oblige, cette tragédie grecque ne s'écrit pas sous nos cieux. Ici nous faisons tout pour retarder le pire, en priant pour que nos partenaires ne soient pas tombés sur la tête, eux. Pendant que l’interchangeabilité de notre population s’opère à la vitesse quantique, il est coutumier d’entendre que si la richesse du monde est gérée pour un tiers dans les banques suisses, toute la région limitrophe est nôtre (sic).

De cette gesticulation désespérée, nous semblons prier pour que la chance sourit enfin aux audacieux et que la situation politique environnante se stabilise pour que l’on respire un peu, dernier souffle commun avec le reste du quartier?

 

Antonio GAMBUZZA

21:13 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |