05/01/2014

Dieudonné ou pas!

Depuis quelques temps, j’ai une irrésistible envie de faire une analyse sociologique de « la Quenelle ». Non que la gastronomie me tente mais l’art de faire rire de Dieudonné n’est pas mort avec son éviction des médias nationaux français. Il produit, se produit, entretien savamment sa mécanique cérébrale du rire. 

Doué et surdoué, sans faire sa biographie, il séduit encore par ses airs enjôleurs et enragés, sa science des gags en tiroirs et un sens de la provocation hérité des humoristes des années 80. Quand à son geste de ralliement, je n’ai aucune raison de douter sur la sincérité de ses propos; c’est un geste apolitique. Est-ce une manipulation de plus ou est-ce la multiplication de ses combats qui le précèdent comme une traînée de poudre ?

Si je ne puis adhérer à ses idées conspirationnistes, je ne puis non plus épouser celle de ses détracteurs. La chasse aux sorcières est lancée et ses partisans se font mettre à pied voire licencier sans raison. Ce sont des femmes et des hommes qui s’expriment avec un geste qui veut dire « dans ton c.. » et qui porte leurs espoirs d’une vie plus sûre, d’un retour de la croissance et du bien-vivre français. Agir de la sorte envenime une escalade qui mène certains à se faire justice, encourage un ministre de l’Intérieur qui se voit déjà en candidat de la gauche pour la présidentiel de 2017.

En 2005 d’une expression populaire, cet homme de théâtre donne naissance à un geste impopulaire. Un homme qui a su cultiver le renouvellement de son public fait forcément tâche d’huile. Wikipédia nous apprends que le militant, de gauche au début de sa carrière, a glissé à l’extrême-droite depuis 2001, en affirmant que c’est là que s’expriment les vraies valeurs socialistes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieudonné
http://www.huffingtonpost.fr/2013/12/31/quenelle-docteur-...

Comme dans toutes les bassecours où se côtoient les coqs, Dieudonné semble encore avoir une longueur d’avance sur ses détracteurs. Ses réponses vidéo sont une intifada médiatique qui se nourrit du ras-le-bol d’une partie de la population française. Tous attendent des actes politiques égalitaires et fraternels mais voient leur appareil politique être le faire-valoir d’une morale qui se mue au gré des vents. 

Aucun protagoniste de cette nouvelle croisade ne peut porter les couleurs de l’apaisement. Le système politique a pour lui la loi et le réseau, le bouffon du roi son idéal. Victime de son impopularité, une quenelle pourrait être populaire, sauf quand c’est Dieudonné qui l'exprime. 

Dans un monde idéal, nos contrées devraient être les plaines de la réconciliation des peuples. Nous voilà réembarqué sur la transposition des conflits moraux qui galvanisent le monde. Comme le dit cet artiste décrié :  "-tu n’intéresses personne quand tu n’as pas de pouvoir d’achat."

Comme l’argent intéresse bien plus que la politique ou le sexe, c’est donc à celui qui aura la plus grosse; part de marché qui l’emportera. A ce petit jeu, c’est encore David qui l’emportera contre Goliath car le second ne pourra continuer à liguer sa population contre elle-même.


Antonio Gambuzza

17:30 Publié dans Humeur | Tags : dieudonné, théâtre de la main d'or, quenelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.