09/09/2017

La retraite, les femmes et le treizième salaire pour les couples mariés

24 septembre 2017, l’enjeu est important. Si l’on ne fait rien, à l’horizon 2030 la caisse AVS sera vide. Le train de mesure soumis au vote populaire permettrait de connaitre les mêmes difficulté à l’orée 2027 déjà. Une question se pose, nous prendrait-on pour des pigeons ?

En réalité, ce train de mesure ne permet pas d’assainir l’AVS mais d’augmenter significativement les rentes des retraités mariés (3’000.-/an au maximum) tout en accordant une compensation aux célibataires. Y aurait-il à Berne une personne suffisamment misogyne pour imaginer que la principale cause de divorce viendrait de l’inégalité entre les couples et les célibataires? Poser la question semble absurde et pourtant, l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes n’est pas anodine. Cette révision remet en cause un acquis social important pour les femmes; la non considération de leurs obligations familiales et professionnelles.

Pourquoi nous vend-on le Oui avec comme argument un assainissement alors que les mesures proposées accélèrent la prochaine révision. Que vient faire le deuxième pilier dans cette révision de l’AVS? Pour mémoire les chambres fédérales nous ont gratifié d’une loi qui oblige les fonds de pensions à se capitaliser à hauteur de 80% des rentes versées, mesure prise après le crash de 2007 afin les renforcer face aux risques de crash boursiers. 

Les élus fédéraux ont semble-t-til remarqué que les cantons connaissent des difficultés d’assainissement des caisses publiques de prévoyance. Ne leurs donnent-ils pas un coup de pouce en leur permettant de se recapitaliser sur les cotisations des assurés en abaissant les rentes des futurs retraités? La baisse des rentes du deuxième pilier est une solution acceptable pour le Conseil fédéral simplement parce que les prestations complémentaires sont versées par les cantons. C'est donc un report de charge opéré depuis Berne cette fois combattu par les artisans de la révision précédente.

Depuis 10 ans les marchés financiers semblent offrir des rendements moins importants. Pourquoi imposer aux caisses l’obligation d’investir sur ces véhicules financiers alors qu’il leur est interdit d’être actives dans le crédit à la consommation, d'autant que le remboursement pourrait s’effectuer par prélèvement sur le salaire. 

Personne n’est dupe. Le 24 septembre nous n’assainiront pas l’AVS mais provoquerons une baisse des rentes car si l’on reçoit un peu plus d’un côté (840.-/an minimum et jusqu'à 3'000.-/an pour les couple mariés jusqu'à ce que la mort les séparent) nous perdrons beaucoup de l’autre (800.-/an de rente par tranche de 100’000.- de capital pour tous) sans compter les augmentations de financements directs et indirects.

Si les arguments développés sont fallacieux, ils avancent de nombreux avantages et dissimulent d’innombrable inconvénients, le résultat de cette votation n’empêchera pas le retour en emploi de certains retraités de la classe moyenne, d’’exilés qui priveront la consommation locale de retombées économiques et déchireront des familles entières en fragilisant le développement social de jeunes et d’ados sans parents ni grands-parents.

La Présidente de la Confédération l’a dit, augmenter l’âge de la retraite est une solution pour laquelle l'économie privée n'est pas disposée à faire d'effort. Certes une augmentation des cotisations peut s’envisager mais c’est surtout les restrictions sur le financement de l'AVS et du deuxièmes pilier qui doivent être revues. 

Mais ce travail là n’a pas encore débuté.

 

Antonio Gambuzza

16:02 Publié dans Air du temps | Tags : pv2020, tdg, chvote | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Voilà cinq jours que ce billet a été publié et pas un seul commentaire à l'horizon, cela malgré l'importance du sujet abordé, qui concerne pratiquement tout le monde.
Désolant!

Et pourtant ce billet est meilleur que le précédent du même auteur, qui - à l'heure où j'écris ces lignes - a suscité 383 commentaires. Meilleur? Disons plutôt moins mauvais.

(Partie supprimée par l'auteur du blog)

Alors, pourquoi?
Oui: pourquoi personne n'a-t-il trouvé le moindre commentaire à formuler concernant cet article?

Mystère...

Écrit par : Mario Jelmini | 14/09/2017

Je me suis posé la même question . Hypothèses :

- Souvent, on ne commente pas le sujet du billet, on réagit aux commentaires des autres.
- Puisque les commentateurs ne peuvent plus vous attaquer sur la forme, ça enlève des motivations.
- Souvent, les échanges personnels continuent leur propre parcours, parfois à un point qui ressemble l'infini.
- Difficile de se lancer, alors que le fil précédent est très chargé et que tout le monde est empêtré avec ce qui fait penser au sparadrap du capitaine Haddock.
- Le sujet des retraites n'est pas très attirant, alors que la migration et les guerres le sont (avant de dévier sur autre chose).
- La votation sur la prévoyance 2020 est particulièrement technique et pour finir on doit décider par rapport à un compromis pragmatique, pas par rapport à un scénario idéal.

Je n'ai pas compris qu'on nous proposait un assainissement, j'ai compris qu'on devait juste sauver les meubles et que si on le faisait pas maintenant, l'élaboration d'une nouvelle mouture prendrait à nouveau des années et que ce serait encore plus difficile.

Écrit par : Calendula | 15/09/2017

On ne comprend toujours pas pourquoi les retraités AVS qui n'ont pas moins de factures et versement imposés que les autres ne reçoivent pas un treizième mois!?

Il avait été décidé que chacun, riche ou pauvre, aurait droit à l'AVS.

Mais le risque de caisses AVS à l'avenir vides devrait-il pas d'urgence remettre en question cette décision.

Il y a dans notre pays, la Suisse, en l'occurrence, des gens fabuleusement riches qui n'ont absolument pas besoin de cette rente.

(Partie supprimée par l'auteur du blog)

Écrit par : Myriam Belakowski | 15/09/2017

Calendula,

Comme vous le mentionnez dans la dernière partie de votre commentaire, c'est selon ce que l'on comprend qui nous fait adhérer ou rejeter le paquet.

Pour ma part je rejette le paquet car l'augmentation de l'âge de la retraite n'est pas tenable, dixit la Présidente de la Confédération. Alors pourquoi admettre que la retraite des femmes doit être remontée à 65 ans? Ne me servez pas le couplet de l'égalité svp.

Écrit par : Antonio | 17/09/2017

@ Antonio,

Alors ne parlons pas d'égalité, puisque ce serait un concept non-valide à vos yeux.
Il faudrait encore savoir quelle sorte d'égalité vous invalidez.

Je suppose que c'est celle qui consiste à dire que puisque les femmes veulent l'égalité, alors qu'elles fassent le service militaire et qu'elles travaillent jusqu'à 65 ans.
Ne me faites pas de procès d'intention !
J'ai seulement osé écrire que "Prévoyance 2020" n'avait pas l'ambition de faire autre chose que de sauver des meubles. Elle n'a pas la prétention d'être un projet d'assainissement, ni merveilleusement humaniste. Le parlement a concédé 70 fr / mois après d'âpres négociations.
Ce projet ne prétend pas "réparer" le fait que les femmes ont plus souvent des parcours professionnels moins rémunérés que les hommes. C'est un autre combat. Le jour, où les femmes auront une activité professionnelle équivalente à celle des hommes avec des revenus équivalents, les retraites seront équivalentes. Cette équivalence ne dépend pas seulement de la différence d'une année du départ à la retraite.
Il y a une corrélation entre les cotisations ( montants et nombre d'années) et le montant de la rente AVS, et c'est encore plus vrai concernant le Deuxième pilier.

La réalité est que beaucoup (mais pas toutes) de femmes ont non seulement des AVS plus bas que bien des hommes, parce qu'elles ont moins cotisé, mais elles ont surtout des deuxièmes piliers très bas ou inexistants.
Beaucoup d'hommes n'ont pas un AVS+Deuxième pilier très fourni non plus, au point qu'ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins en Suisse.

Personne ne se réjouit de faire travailler des femmes jusqu'à 65 ans, mais il y a déjà beaucoup de femmes et d'hommes qui doivent travailler au-delà de 65 ans, à cause d'une prévoyance-vieillesse insuffisante.
Si on pense à la retraite et aux retraités, on se retrouve devant une sorte de tableau cubiste ou quasi abstrait, puisqu'il existe simultanément beaucoup de quinquagénaires au chômage et des personnes travaillant au-delà de l'âge légal de la retraite.
Ceux qui ne peuvent plus cotiser pour leur prévoyance après 50-55 ans sont de futurs retraités mal lotis. Hommes ou femmes.

Donc pour en revenir à la votation et ses enjeux :
Pensez-vous que le calcul, selon lequel une femme seule recevant moins de 1700 fr d'AVS par mois peut continuer prendre sa retraite à 64 sans perte financière (grâce aux éventuels 70 fr mensuels) est faux ?

Je cite Daniel Brélaz, même si je sais que vous désapprouvez les copiés-collés.
On peut lire le billet entier ici :

https://www.letemps.ch/opinions/2017/08/31/un-double-oui-sauver-lavs-assurer-retraites

"Or si l’on analyse la réalité, le projet est favorable à la très grande majorité des femmes. Près de 500 000 femmes n’ont que l’AVS et aucun deuxième pilier. Toutes celles qui ont travaillé à temps partiel ou de manière occasionnelle ainsi que les femmes ayant de petits salaires sont gagnantes grâce à l’augmentation de 70 francs de l’AVS par mois votée par le parlement, vote qui a constitué le casus belli pour la droite dure. En admettant qu’une femme veut toujours partir à 64 ans, la réduction pour départ anticipé sera inférieure à 70 francs dans tous les cas où l’AVS est inférieure à 1700 francs. Pour celles, peu nombreuses, qui ont la rente AVS maximale de 2350 francs, la perte nette atteindrait 27 francs par mois en cas de départ à 64 ans. Cela ne doit pas conduire à condamner un projet indispensable et équilibré."

Suite aussi très intéressante :

"Le projet est soutenu au niveau national par tous les partis sauf l’UDC, le PLR et l’extrême gauche. L’économie romande, plus factuelle et moins idéologique que l’économie d’outre-Sarine, la soutient aussi. L’Union suisse des paysans la soutient également, car les paysans comme les femmes, dépendent beaucoup plus de l’AVS que du deuxième pilier. A l’inverse, divers assureurs et banquiers, qui misent sur un affaiblissement de l’AVS pour faire augmenter les fonds qui leur sont confiés dans le troisième pilier, la combattent."

Écrit par : Calendula | 17/09/2017

Antonio a répondu à Calendula:
"Alors pourquoi admettre que la retraite des femmes doit être remontée à 65 ans? Ne me servez pas le couplet de l'égalité svp."

Pour satisfaire tout le monde, pourquoi ne pas abaisser l'âge légal de la retraite des hommes à 64 ans?

Écrit par : Mario Jelmini | 17/09/2017

Calendula,

Vous êtes amusante mais en lisant correctement mon intervention, vous auriez fait l'économie d'un paragraphe sans rapport avec le sujet. Même Monsieur Jelmini l'a compris et fait une proposition qui nécessite un débat.

Cela étant, vous soulevez plusieurs points intéressants.

Concernant l'AVS, le salaire moyen pendant 44 ans doit être de 84'000.- C'est à cette condition que les 70.- seront effectifs. Si vous n'avez pas droit à une rente pleine, alors les 70.- seront pondérés selon votre droit à la rente. Cette condition est valable pour les rentes de couples, jusqu'au décès de l'un des époux. Cette règle est valable pour le calcul actuel des rentes.

Concernant la carrière des femmes, il y a effectivement un souci dans les cotisations de leurs retraites et pourtant il existe diverses astuces. Les couples peuvent augmenter la part privative des cotisations de l'époux actif ou capitaliser sur un troisième pilier.

Dans le cas d'une augmentation de la part privative, le taux de conversion abaissera d'autant la rente. Dans le cas d'un troisième pilier, le rendement actuel est de l'ordre de 0.25% d'intérêt mais cela permet de capitaliser de l'argent en le défiscalisant, donc en payant moins d'impôts et parfois d'assurer une somme en cas de décès prématuré de l'un des époux.

Écrit par : Antonio | 17/09/2017

C'est une arnaque socialiste!

Augmentation de 70frs misérables, + de 160 frs pour un couple (pas compris cette différence) compensée par hausse TVA de 1% et augmentation d'une année de retraite pour les femmes!!???

Si on faisait baisser les salaires faramineux des Conseillers fédéraux, Des Chefs et fonctionnaires, la Suisse n'aura aucun problème avec l'AVS! Il y a beaucoup d'argent..... mais mal distribué.... On nous a fait le même coup pour la LAMal... AVS en danger!

Je n'ai pas compris ces votations sous le spectre de la peur? Berne, prendrait-elle Les Suisses pour des trouillards?

Pour moi ce sera NON!

Écrit par : Patoucha | 18/09/2017

@Antonio,

Il faut être fortiche pour rendre ce sujet amusant, puisqu'il est réellement ingrat et éminemment technique ! Et en plus, j'écris des paragraphes sans rapport avec le sujet ;-))) Voilà une singularité tout à fait amusante !
Il est vrai que les rentes de couple ne m'intéressent pas en premier lieu. Il me semble que les retraités vivant à deux (et se partageant donc tous les frais fixes de l'habitat) sont moins en danger de paupérisation que les personnes vivant seules, qu'elles soient veuves, divorcées ou célibataires.

On vote souvent sur un principe, sans forcément aller dans les détails.
L'objet "Prévoyance 2020" cristallise l'opposition sur l'âge de référence des femmes. Ce que je n'arrive pas à jauger, c'est la réalité de la menace du relèvement à 67 pour tous.

Votre réponse signifie donc, que le calcul de Daniel Brélaz est faux.
Vous avez visiblement l'habitude de manier ce genre de littérature légale et financière et c'est tout à votre honneur.
Je vais encore essayer de relire le texte soigneusement, pour essayer de comprendre par moi-même, si les politiques ont menti par omssion pendant la campagne.

Le troisième pilier est destiné à ceux et celles qui ont encore de l'argent à la fin du mois. A moins que je n'aie pas compris quelque chose.

Écrit par : Calendula | 18/09/2017

Calendula,

Vous êtes amusante parce que vous me prêtez une idéologie égalitaire alors que je suis visiblement pour un statu quo sur l'âge de la retraite des femmes mais je vous rejoins, le sujet ne se prête pas à l'amusement.

L'augmentation de l'âge de la retraite pour tous est un objectif des milieux professionnels mais qui n'est politiquement pas tenable. La révision proposée est déjà un report de charge vers les cantons d'où l'aberration de voir cette augmentation réalisée d'ici les 10 prochaines années.

Les partisans de l'augmentation de PV2020 sont d'avantage dans une logique de lutte contre un courant politique. Monsieur Brélaz peut avoir été trompé puisque même Monsieur le Conseiller fédéral Alain Berset sur un plateau télé a du rechercher des éléments de réponses concernant les conditions d'attribution des 70.- promis.

Ce projet n'est pas une aide patente pour les bénéficiaires de l'AVS mais un montage financier pour faire avaler la baisse en une seule fois du taux de conversion de 0.8 point de la LPP. Par tranche de 100'000.- vous perdez 800.-/an. Ce projet est donc une paupérisation de la classe moyenne et l'envoi en masse de la population vers l'assistance publique.

Le troisième pilier permet de sortir de argent de votre masse fiscale. Un compte en banque de ce type ne nécessite aucune obligation de versement mais dans une logique d'optimisation du panier de la ménagère, il faut déjà commencer par des versements minimum et les augmenter progressivement au cours de sa vie.

Écrit par : Antonio | 18/09/2017

@ Antonio,

Merci pour ces précisions utiles.

Je reste persuadée que le troisième pilier est très difficile à constituer. Il faut vraiment faire partie de la classe moyenne supérieure.
On peut verser au maximum autour de 6100 fr/ année. Oui, c'est sorti de notre masse fiscale (pas forcément mirifique...) sur le moment, mais lorsqu'on touche cet argent ( possible dès 60 ans), on paie des impôts quand-même à ce moment-là !

Si on a des enfants, les budgets sont tellement serrés, qu'à la fin du mois on ne pense pas à son Troisième pilier. On pousse un ouf ! de soulagement, si on a fait tous ses paiements et qu'on a pu mettre de l'argent de côté pour des vacances ou des imprévus.
En discutant avec les gens, on se rend bien compte qu'on ne commence à penser à sa prévoyance-vieillesse qu'autour de la cinquantaine. Avant ça, on a juste le tête dans le guidon !

Écrit par : Calendula | 18/09/2017

Calendula,

Vous avez entièrement raison, le troisième pilier est une bonne opportunité pour les quinquas à ceci près; la classe moyenne inférieure est également concernés par cette option fiscale.

Et vous avez encore raison avec l'imposition du capital dès 60 ans ou pour l'achat d'un bien immobilier, mais je dois préciser que cet impôt se monte à environ 10% de la somme perçue. Cela reste une bonne option, même à partir de 50 ans.

Écrit par : Antonio | 18/09/2017

Patoucha,

Depuis quand l'UDC est socialiste?

Demander la baisse des salaires n'est qu'une des nombreuse pistes indirectes qui s'offrent à une refonte de l'AVS bien que cela pérorerait son financement. Mais je vous rejoins sur le vote à exprimer sur ce sujet.

Écrit par : Antonio | 18/09/2017

@Antonio

Cette révision de l'AVS est le fait d'un socialiste! J'en ai rien à fiche de ceux qui soutiennent ou pas!

Écrit par : Patoucha | 19/09/2017

Patoucha,

Cette révision est le fait du Conseil fédéral et portée par un Magistrat socialiste mais cette subtilité vous aura sans doute échappée.

Écrit par : Antonio | 19/09/2017

Les commentaires sont fermés.