L'effronterie, Me Poggia et le principe de Peter

Imprimer

Me Poggia sur son séant installé ne supporte plus le contrôle parlementaire. Rien de plus normal quand le parti que vous représentez fonctionne de manière verticale.

Notre chevalier blanc de la santé accompli un travail qui se remarque au point que les lobbys de cette branche ont obtenu l’augmentation des franchises pour gagner une meilleure rente légale, à son nez, à sa barbe et sa lutte contre la Lamal.

Si son approche de la loi sur la police est pragmatique, ses échanges avec le Président de l’ACGe fructueux, il ne peut balayer d’un revers public de la main les critiques de son organe de contrôle. Puisqu'une coalition d’élus s’opposent à la nomination de son conseiller, il faut alors leur expliquer quels seront les tâches et les objectifs en précisant quels résultats sont attendus.

La légèreté du ton employé par la Presse laisse à penser que Me Poggia prend la chose par-dessus la jambe et pourtant. Jusqu’à présent il a su se préserver des écarts politiques pour se placer dans la droite ligne du ni de droite ni de gauche.

Avec la LPol, c’est de droite et de Gauche que se fondera le compromis. On peut donc se demander quelle est son intention première d'embaucher le stratège du désastre de cette loi. Faut-il lisser le terrain de cet universitaire pour son accession à de plus hautes fonctions fédérales, laver son honneur et sa réputation, faire valoir une clause contractuelle du précédent contrat ou pire, une volonté de faire ressortir du contour de cette loi des éléments accablants afin d’enfoncer la tête d’un adversaire politique qui ose encore bouger après sa raclée administrative?

A vouloir prendre dans son équipe au minumum son égal et flirtant avec le principe de Peter, je souhaite au Magistrat Poggia d’avoir dans les mains autre chose qu’un pétard mouillé car je doute qu’après une déconvenue sur la refonte de la LPol il puisse se représenter à une élection ou même pratiquer librement son art oratoire, hors Revue G’nevoise bien entendu.

 

Antonio Gambuzza    

Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.