19/03/2013

Mais quel sujet pour un blog.

Entre la défaite du PLR au Conseil d’Etat valaisan, la volonté de retirer l’exploitation du réseau ferroviaire suisse aux CFF, l’élection du Pape François, le congrès des Verts, des Socialistes, le psychodrame du budget genevois ou le drame humain qui se déroule en Syrie, mon cœur balance...

C’est pourtant le Pape qui retient mon attention. Non que j’aille un regain d’amour pour le clergé universel mais cet homme humble, fils d’immigré, sachant qu’il sera plus utile vivant que mort a fait face à ses responsabilités en se confrontant aux dictatures les plus féroces du continent sud-américain. Combien de cardinaux peuvent se prévaloir d'un tel acte?

Cet homme réclame l’attention des fidèles pour déclarer le message de l’église qu’il représente. La meilleure manière de manipuler l’opinion ? Une volonté immédiate et sincère pour se démarquer ? Une invitation à communier ensemble et se tourner vers les valeurs humanistes de ces deux derniers siècles?

Personnellement je penche pour la dernière possibilité.

 

Pourquoi choisir l’érudition d’un homme proche des gens, qui vit selon un plan d’existence calqué sur l’humilité et la pauvreté d’un homme ou d'un mythe qui a lui-même tout abandonné, qui s’inspire des difficultés de sa condition humaines pour dépasser ses instincts alors que, lâchement, il aurait pu sauver sa peau en demandant l’exil! Tout porte à croire qu’il aurait rencontré l’Agneau dans sa vie physique.

Hormis la nouveauté du courant religieux qui investi pour la première fois la charge pontificale, je me réjouis de constater que cet homme ne renonce pas à sa simplicité et encourage les fidèles à le suivre. Les prières qu’il réclame sont autant de soutiens que de chemins de montagnes sur lesquels se déversent les pluies de nos espoirs. N’est-ce pas le rôle d’un chef de convaincre par ses actes?

Alors si je n’avale toujours pas les couleuvres de la profession de foi traditionnelle, cet homme me donne envie. Envie de lire, de partager, de rencontrer, de pardonner, de prendre des risques, de me surpasser mais surtout d’être fier de mon histoire, de ma culture, fier de mes erreurs et de mes réussites. Et l’envie de les multiplier, pour le bien commun.

 

 

Antonio GAMBUZZA

14:02 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/02/2013

Wahlen et le plan de la LAT

L’objectif avoué de cette loi est de reprendre la main sur notre souveraineté alimentaire. Alors pourquoi les partisans d’une Suisse indépendante s’opposent à cette loi ? Petit retour sur l’origine de cette mesure qui avait pour cadre la seconde guerre mondiale.

Nous étions alors seuls contre tous, pays d’émigrations et peu peureux, pendant que le secret bancaire n’était pas encore une institution. Et aujourd’hui ? La situation politique n’est plus comparable, le pays n’encourt pas même de sanctions économiques de ses principaux partenaires économiques. Pourquoi donc les milieux populistes avancent le diktat du fédéralisme comme principal argument ?

S'il est aisé de constater que cantons et communes ont failli dans leur mission de développement du territoire, c'est surtout sur la gestion des surfaces d’assolement que celles-ci ont démérité.

Contrairement à ce qui est dit, leurs prérogatives actuelles ne sont pas contestées, sauf qu’il ne sera plus possible de déclasser des terrains par complaisance. Pour ce faire, il devra y avoir une volonté de développement, avec des projets et un échéancier. Si les communes continueront de gérer leur zonage territorial, c’est bien dans la mise en pratique des plans localisés de quartiers que se concentreront les principales innovations.

Et si l’espace dévolu à l’agrandissement des villes est indispensable, c’est la qualité des plans urbanistiques et leur densification qui sera revue. Cette loi sert d’aiguillon, tout en veillant à se suffire en subsistance indispensable à l’indépendance régionale du pays. A Genève, si l'immobilier n’est pas touché, c’est bien dans l'agriculture que nous sommes appelés à performer.

Alors si je suis un raisonnement Pavlovien, c’est à un énième exercice de pompier-pyromane auquel se livre les partisans du NON. Et dans cette affaire, le masque de ces derniers s’étiole chaque jour qui nous rapproche de l’échéance du 6 octobre. Cette loi nous évitera un scénario digne de la crise des subprimes, à notre échelle nationale.

                                                                   Antonio GAMBUZZA

08:58 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/02/2013

La démesure, l’argent et les autres.

Alors que chacun affutes ses arguments sur l’initiative Minder, voilà que les idées s’échauffent autour du revenu que touchera Mr VASELLA pour ne pas travailler 6 ans durant.

Contractuellement, les traders et autres employés sont soumis à une part variable de leurs revenus. Il est donc possible que des employés gagnent plus que leur boss. Alors ce qui choque les partisans du NON ne réside pas dans le montant qui sera versé au futur retraité mais bien l’inféodation de Novartis aux stratèges d'Economiesuisse.

Dans quelques jours se déroulera l’assemblée générale du géant de la pharma. Afin de parvenir à la décharge des comptes, cette information devait filtrée avant cette échéance afin que les actionnaires puissent prendre leur décision en pleine connaissance de cause. C’est l’oublier ?

En réalité, ce qui doit vraiment leur faire mal, c’est la somme investie, comme si cette campagne stoppait le cours du monde. Penser que Novartis a fait un enfant dans le dos d’Economiesuisse c’est accorder à cet organe de promotion économique la surface d’influence qu’elle souhaiterait s’arroger; le petit poucet menacerait l'ogre, on croit rêver.  

C’est donc un sursaut d’orgueil qui alimente le débat et, à celles et ceux qui clament déjà la victoire du OUI, je leur rappelle que le match n'est terminé que lorsque l'arbitre siffle la fin de la rencontre. Les arguments retords de la classe politique en faveur d'un statu quo pourraient influencer certains indécis, ceux-là même qui préfèrent remettre leur choix dans le pari d'une bonne météo.

Ce qui plombe la gouvernance politique n’est pas les mensonges des uns face aux rêves des autres mais le manque d’autocritique. L’on peut bien rire de l’éventuel retour del Cavaliere en Italie mais la personnification du débat rend la critique affable. 

Voter pour Berlusconi ou suivre les recommandations d’Economiesuisse est la garantie de poursuivre dans la voie du mensonge, de la politique des petits copains mais surtout de l’emprise d’une minorité sur nos économies et nos retraites. Il y a d’un côté celles et ceux qui nous font miroiter le retour des beaux jours si la ceinture des ménages se serre toujours un peu plus et les autres… 

Au final, nous entretenons une société gagnée par la gangrène endémique de vieux modèles d'affaires et maintenu en vie par la grâce de soins intensifs que certains voudraient rendre pérenne. L'acharnement thérapeutique doit cesser et cela commence le 3 mars. 

Antonio GAMBUZZA

http://www.dailymotion.com/video/xxl4jf_le-parachute-dore-de-daniel-vasella_fun#.USJtmqU__Mo

22:28 Publié dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |