14/10/2012

Constitution bis

Alors que l’heure d’été continue à rythmer notre quotidien, le peuple genevois s’est prononcé en faveur d’un nouveau texte constitutif.

Signe des temps, le pour et le contre étaient au coude à coude. La différence s’est jouée sur le fil, dans une campagne mensongère qui a distingués les belligérants sur des principes futiles.

L’argument le plus fallacieux en faveur de ce nouveau texte fondateur fût la promesse de nouveaux logements, car dans les deux cas, la loi en vigueur ne sera pas modifiée et le temps qui séparera les déclassements en constructions habitables ne changera pas d’un iota.

Ce que nous gagnons, c’est la personnification du pouvoir. Désormais, un homme sera Monsieur Genève aux yeux de la Suisse et du monde. Dans notre belle république, c’est connu, les hommes de valeurs et de morales sont légions. Il faut espérer que les lois qui régiront ce nouveau statut sauront préparer la population à une mesure de destitution pour des fautes reconnues comme étant grave.

Mais passons au camp des opposants. Durand la campagne, ils ont martelé que chaque argument avancé par les supporters du oui apportait une pierre à leur édifice. Force est de constater que les aveux de faiblesses ne convainquent plus le citoyen-électeur. Le temps disponible à une cause ne suffit plus à faire recette.

Une campagne se prépare comme une bataille rangée. Il me semble qu’une société de communication et des moyens financiers pour épandre cette bonne parole devraient faire leur apparition car les arguments bisounours sur l’état de la planète ne rendent pas service à une cause encore plus importante que ces différents politiques ; la maitrise de notre destin, que les vainqueurs du jour n’assurent guère mieux, mais qu'ils vendent avec conviction.

12:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/10/2012

Constituons notre avenir.

A 6 jours d’une votation historique, 10% de la population s’est prononcée pour ou contre une nouvelle constitution.

Les arguments pour sont légions et ceux contre le sont tout autant. Alors pourquoi si peu d’intérêt pour un texte fondateur ? La modification des armoiries ne plait-elle pas ? Zurich ne les arborent pas sur son étendard. Le langage héraldique fait-il défaut ? L’apparentement à une bourgeoisie médiévale n’est plus d’actualité !

Alors quoi ? Les mensonges de certains opposants, l’absence de campagne médiatique ou encore le manque de clarté pour la mission des constituants ? 

Finalement, peu importe les raisons de dire oui ou non, ce qui compte c’est l’action civique afin de faire mentir un vide que l’ancienne et la nouvelle mettent en avant ; le quorum participatif.

Comment peut-on qualifier la distorsion qui existe entre les obligations d’un groupe associatif pour siéger dans un hémicycle et le vide obligataire que ces mêmes élus se permettent de laisser envers le corps électoral.

Il est certain que ce quorum ne pourrait se limiter au 7% nécessaire à la réussite électorale et qu’il serait illusoire de le multiplier au nombre de formations élues. Il en est ressorti 11 formations associatives, issues des partis traditionnels ou non, voire en listes subsidiaires, pour se réunir pendant 4 ans afin de nous faire oublier un texte qui semble avoir pris la poussière.

11 formations qui devraient s’attendre un raz de marée pour atteindre le nombre de 77% de participation et se sentir pleinement satisfait du devoir accompli! ... limitons l’écueil à 77% des 32.93% d’électeur qui avait participés au lancement des travaux le 19 octobre 2008 et espérons que le quorum sera atteint…

14:07 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/09/2012

Rue piétonne, non et alors ?

Le refus du projet de financement des 50 premières rues piétonnes est enterré. Est-ce le choix des premières rues concernées, la compensation des places de parkings qui a divisé les partisans, l’effet NIMBY ? Ne serait-ce pas simplement du à un très mauvais calendrier ?!

La congestion du trafic pendulaire, l’absence de transport collectif performant comme le CEVA et, peut-être, un euro qui encourage la désertion des commerces de la place pour s’adonner à cœur-joie au tourisme d'achat n'auraient pas simplement eu raison d'une bonne gestion de sa propre vie de quartier? Même l’essence y devient concurrentielle, sans compter sur la légitime question; et si un jour j’irai vivre là-bas ? Bref, des questions qui ont eu raison de la logique du bien-être chez soi.

Certains auront pris cette question très à cœur en se sentant méprisés, traités comme des moins que rien, des cochons de payants ai-je même pu lire. En réalité, la circulation professionnelle ne peut que s’améliorer si le trafic individuel se voit reléguer aux second plan et aux loisirs. Le libre choix du mode de transport ne veut pas dire que l’habitant des Grottes doit supporter un trafic pendulaire incessant et, soyons positif, appelé à se développer jusqu’en 2017 au moins. 

Alors quand je lis que les bourgeois-bohèmes de la Cité sont des égomaniaques centrés sur la branchitude, je me pose la légitime question ; est-ce un mal ? Les Chamoniards se battent contre le trafic poids-lourd et ne sont pourtant pas taxé de gauchiste, de khmer vert ou mieux encore, d’ayatollahs de la décroissance!

Le commerce de détail, les livreurs, les artisans souffrent de la circulation dense des heures de pointes et ne dérange pas le quidam qui se procure son pain frais avant de partir au travail. Il est certain que l’anarchie du transit genevois perdure et que le moment pour lancer une telle initiative ne pouvait pas mieux tomber.

Son application si précoce frise, il est vrai, l’entêtement. La campagne n’a pas su convaincre les genevoises et les genevois de la comme du bout du lac que le trafic pendulaire commence après son propre pâté de maison. Et quelque chose me dit que ce n’est pas près de changer.

 

 

                                                                                   

                                                                                                Antoine GAMBUZZA

21:09 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |