Humeur

  • L'effronterie, Me Poggia et le principe de Peter

    Imprimer

    Me Poggia sur son séant installé ne supporte plus le contrôle parlementaire. Rien de plus normal quand le parti que vous représentez fonctionne de manière verticale.

    Notre chevalier blanc de la santé accompli un travail qui se remarque au point que les lobbys de cette branche ont obtenu l’augmentation des franchises pour gagner une meilleure rente légale, à son nez, à sa barbe et sa lutte contre la Lamal.

    Si son approche de la loi sur la police est pragmatique, ses échanges avec le Président de l’ACGe fructueux, il ne peut balayer d’un revers public de la main les critiques de son organe de contrôle. Puisqu'une coalition d’élus s’opposent à la nomination de son conseiller, il faut alors leur expliquer quels seront les tâches et les objectifs en précisant quels résultats sont attendus.

    La légèreté du ton employé par la Presse laisse à penser que Me Poggia prend la chose par-dessus la jambe et pourtant. Jusqu’à présent il a su se préserver des écarts politiques pour se placer dans la droite ligne du ni de droite ni de gauche.

    Avec la LPol, c’est de droite et de Gauche que se fondera le compromis. On peut donc se demander quelle est son intention première d'embaucher le stratège du désastre de cette loi. Faut-il lisser le terrain de cet universitaire pour son accession à de plus hautes fonctions fédérales, laver son honneur et sa réputation, faire valoir une clause contractuelle du précédent contrat ou pire, une volonté de faire ressortir du contour de cette loi des éléments accablants afin d’enfoncer la tête d’un adversaire politique qui ose encore bouger après sa raclée administrative?

    A vouloir prendre dans son équipe au minumum son égal et flirtant avec le principe de Peter, je souhaite au Magistrat Poggia d’avoir dans les mains autre chose qu’un pétard mouillé car je doute qu’après une déconvenue sur la refonte de la LPol il puisse se représenter à une élection ou même pratiquer librement son art oratoire, hors Revue G’nevoise bien entendu.

     

    Antonio Gambuzza    

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire
  • L’avortement, le Vatican et la maladie

    Imprimer

    Petit rappel historique ; l’avortement a toujours existé. Quand les faiseurs d’ange sortaient le fœtus le mardi, l’époux enterraient la mère le lundi.

    Cela n’a pas empêché le Pape de déclarer que les gynécologues qui pratiquaient l’avortement étaient semblable à des tueurs à gage, (sic) qu’il était triste de ne plus voir de personnes de petites tailles (resic) ou encore que les handicapés étaient là pour nous apprendre l’humilité. CQFD 

    François, avec cet attachement à nous faire la leçon, tu nous rappelle pourquoi les églises se vident. Pour mémoire ce n’est pas à cause du mal physique perpétré par tes bergers ou que les croyants  sont des victimes de pervers sans scrupules, c'est bien plus sournois. L’instruction scolaire et le dynamisme économique ont fait éclater les carcans de l’obscurantisme et la malice des clergés. tu peux accuser les homosexuels, les bikers ou même les francs-maçons des maux de ton églises, tu es semblables à cet enfant qui se sent persécuté, tu es à côté.

    Tu es un homme responsable et respectable car tu agis selon ses actes. À ce sujet, tu devrais faire tiens tes propres principes non que tu ne sois pas intelligent ou instruit, tu n’es simplement pas oint du droit de représentations de toutes les familles. Je te rappelle que tu n’es que le représentant de Jésus sur Terre et non son incarnation. Tu aurais pu devenir père de famille mais ton corps constiutué en a privé ses bergers car ils étaient eux même un exemple coûteux et déviant.

    Comment oses-tu faire croire à des parents en situations de détresse sociale due à une filiation avec un handicap que leur vie sert d’exemple à leur entourage et qu’il faut supporter ce fardeau pour emprunter une porte pour laquelle tu sembles n’avoir pas l’ombre d’un accès. Les voies du Seigneur sont impénétrable parait-il et si pour toi il réserve un autre chemin il n'est assurément pas jalonné d’ineptes déclarations.

    Quand tu prétends que les personnes de petites tailles ne se sont plus dans les rues et que l’avortement en est la cause, je me demande si tu y as pensé au décollage d'un voyage émouvant. Sais-tu les difficultés qui vont de pair avec un handicap et découlent sur un suicide, sans mesurer le chagrins décennal pour des parents qui les savaient en souffrance physique et sociale et que tu accuses de complicité diabolique. pour la pédagogie tu es recalé.

    Mais ton raisonnement va plus loin. Au contraire de tes assertions, si Dieu l’accompli ainsi c’est aussi Lui qui a retiré la dignité aux pauvres, la moralité aux multinationales et la santé aux malades. La vie ne serait donc qu’un torrent de prières pour un Dieu qui serait un loup pour sa création. Plus besoin d’accusateur, d’ange déchu et de mal, Dieu se suffit à lui-même et rend ton marketing est désuet.

    Là où je te trouve injuste, c’est de comparer cela avec l’action nazie. Les sources historiques se bornent au factuel et soulignent tout l’humanisme et la compassion dont ils ont fait preuve avec leurs cobayes afin d’éliminer les tares humaines comme le judaïsme.

     

    A bien y réfléchir, il faudrait que l’OMS annonce la découverte d’un gène contre les ennemis de l’idéal universel chrétien afin que ton successeur organise lui-même les cliniques d’avortement pour qu’enfin règne la lumière Christique.

    Heureusement qu’Il n’a pas de tombe pour s’y retourner.

     

    Antonio Gambuzza

     

  • Le PaV, les citoyens et les toits plats

    Imprimer

    Voilà un sujet intéressant qu’il s’agit de traiter sous un angle pragmatique, en essayant de ne pas froisser les intérêts des uns sans minimiser les besoins des autres.

    D’un côté, des universitaires ayant des diplômes donnant droit à des emplois peu rémunérés, des employés qualifiés dans des emplois à temps partiels, des employés sans qualifications, des cadres supérieurs gagnant moins de 100kf/an etc…

    Le quotidien de ces personnes n’est pas à plaindre car le monde dans lequel ils s’activent pourvoit à leurs besoins élémentaires et satisfait leurs besoins essentiels tels que la santé ou l’environnement social. Certains ont même trouvé l’Amour pendant que d’autres sont tolérés pour leur soutien public à la limitation des coûts de la santé.

    Puisque Genève a (enfin) consenti au financement d'un transport ferroviaire régional, autant que ces nécessaires nécessiteux trouvent un logement abordable plus loin. Cette idéologie ne se construit pas sur la maxime « œil pour œil » mais sur plutôt sur « ce qui est à toi est négociable » et c’est d’autant plus facile que tout le monde ne rêve pas de devenir capitaine d’industrie, millionnaire ou entourés de jet-setters. Beaucoup souhaitent gagner de quoi vivre avec leur famille afin de conserver l’essentiel de la filiation résumé en trois valeurs; solidarité, respect et traditions.

     

    De l’autre côté il y des personnes qui ne veulent plus des conventions équilibrée qui régissent la mixité sociale, la diversité des acteurs fonciers et l’accès à la propriété pour celles et ceux qui souhaitent réaliser un rêve devenu éthéré.

    Comment pérenniser un rendement excessif et exceptionnel dans l’immobilier genevois sans vous donner l’impression que l’on vous chasse ? En décortiquant la campagne des opposants au PaV, on se rend compte que c’est toujours la stratégie du pire qui est mise en avant. Vous allez perdre votre emploi, on va faire du social mais pas pour vous etc. Comme dans un numéro de prestidigitation, votre attention est détournée de l’objectif principal.

    62% de logements sociaux est l’argument affiché sur un fond pâle et fushia afin de vous faire croire que vos rêves de logements ne pourront être réalisés. Pourtant la recette de ce 4/quart est connue ; 25% de HBM (logement sociaux pour très bas revenus) 25% de HM (pour la classe moyenne inférieure) 25% de loyers libres et 25% de PPe.

    Le volume de la classe moyenne inférieure étant en constante augmentation, c’est bien la sensibilité du Conseiller d’Etat et sa loyauté au Collège exécutif qui est remise en question par les opposants car dans cet équilibre, on ne peut finalement changer que la répartition des HM, ce qui constitue un enjeu qui pèse au point que les opposants au PaV donnent l’impression d’être en désaccord avec la politique de nos sept sages alors que c’est bien le beurre et l’argent du beurre qui est en ligne de mire.

    Au final, le canton a besoin de logement et la loi qui régit les constructions ne peut s’adapter à la taille de ce gigantesque chantier. Les propriétaires fonciers s’opposent au PaV actuel qui prévoit une densité sans doute trop basse, synonyme à leurs yeux de plus-valus trop faibles.

    Et dans ce marasme, le Conseiller d’Etat en charge ne se gênera pas de faire appel à des acteurs qui sont prêt à construire rapidement, avec des acteurs locaux de la construction, pour des logements accessibles durablement et un prix plancher qui pourrait s’adapter vers le haut pour les locataires connaissant une évolution positives de leurs revenus, ce qui plante une paille dans l’œil des opposants, quitte à négocier une sortie honorable (et temporaire?) dans les urnes.

     

    Antonio Gambuzza

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Humeur 0 commentaire