23/10/2015

Pourquoi j’ai élu Mme Widmer-Schlumpf.

18 octobre 2015, journée d’élections Nationales helvétiques. 70% des Suisses mesurent les conséquences de leurs suffrages.

 Selon le journal Le Temps, la réforme structurelle de nos assurances vieillesses serait le premier chantier qui devrait retrouver le chemin des commissions, changement de législature oblige. Les relations avec l’Europe sont également sur le métier. La droite élargie est-elle mieux préparée que les élus de gauches ?

 Cette dernière semblerait plus l’écoute des bruissements populaires. En cela, le Centre-droit se lit mal sur le long terme. Il présente l’avantage de considérer l’opinion publique pendant un certain temps, voire jusqu’à un certain point. De plus, ont ne peut pas les taxer d’être à la solde de petits intérêts puisqu’il le revendique. A défaut de leurs intentions, leur discours est clair.

 Concernant le Conseil fédéral, je suis serein. Le dogmatique parti agrarien ne devrait pas récupérer un deuxième siège et pour cause. J’ai voté pour eux pour cette extrême bonne raison. Je me réjouis à l’idée que le plus grand parti de Suisse soit non-gouvernemental pour les quatre prochaines années.

 L’application stricto sensu de l’initiative sur la migration du 9 février 2014 en est la plus belle démonstration. Entendre les caciques agrariens nous expliquer que c’est à eux de dicter les modalités exécutives plutôt que le Conseil fédéral me pousse à croire que leur place est bien dans l’opposition.

 L’armée, réduite à un rôle de faire-valoir et commandée par un UDC m’horripile au point que je préfère encore déboulonner M. Maurer pour raisons économiques. Cette raison est tellement non-institutionnelle que l'UDC lui demanderait de refuser son élection. Dans cette position, leur hégémonie serait exacerbée par le nombre d’initiatives pro helvétique qui pourrait être lancée, pour notre plus grand bonheur démocratique.

 Je suis fier d’être un helvète, romand qui plus-est, de première génération pour ne rien gâcher. A cette fin, je pourrais être orgueilleux de voir un Suisse non natif rejoindre l’Exécutif fédéral.

 Néanmoins, vu du bout du lac, M. Freysinger était plus utile sur les plateaux télés qu’il ne sera au gouvernement. La gestion de ses ressources personnelles l’a-t-elle éloigné trop longtemps de son amour pour le stand up, qu’il veuille nous gratifier de sa médiatique candidature ?

 Non, vraiment, j’ai bien fait de voter UDC. Pourvu qu’ils mettent à exécution leurs menaces et qu’ils laissent les gens sérieux gouverner le pays.

 

Antonio Gambuzza

13:33 Publié dans Air du temps, Humeur | Tags : #ef2015, leman bleu, pascal descaillet, 9 février, le temps, le courrier, la julie, tdg. | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |