27/01/2015

Le papillon et ses effets

Le 7 janvier 2015, deux hommes qui ne souhaitaient pas vivre longtemps ont attenté à notre quiétude quotidienne en abattant 11 personnes dans les locaux d'un journal satirique.

Après un émois planétaire, la normale n'a pas tardé à reprendre le dessus, tout d'abord avec des centaines de rassemblements pour une liberté d'expression en recul face au dieu dollar, puis, par les manifestations de soutien d'une lecture littérale d'un texte millénaire qui a prouvé comme d'autres textes avant lui que ce qui est édifié au nom d'une force invisible, n'est pas un catalyseur de Paix entre les peuples.

27 janvier 2015, un peuple à l'agonie décide de tourner le dos à l'escalade des conflits et renvois les survivants d'une idéologie d'un passé pas si éloigné, en portant au devant de leur scène politique un homme issu d'un programme tourné vers le bien-être direct de la population, qui il a eu l'intelligence de s'associé avec des financiers qui ne soutiennent pas l'austérité imposée par une Europe tournée vers les marchés émergents.

Si les résultats de ce choix démocratique se mesureront dans quelques mois, les attentes ne se font pas prier pour prendre le dessus des préoccupations du futur gouvernement Grec. Les ministres en charge de la dette internationale de ce pays ont pourtant déjà évoqué l'impossibilité de réduire le remboursement d'une dette contractée pour avoir voulu respecter les closes de leur pacte de stabilité. Edifiant!

Le recul de l'Aube dorée est en soit une victoire et, le pire des scénarios pourrait être le début d'une remise en question de l'inertie du programme "monnaie unique" de ce parlement européen. Les conséquences en cascade seront un démantèlement de ce qui fait de l'Europe politique un état centralisé et totalitaire et la chute des pays satellite dont la Suisse fait partie.

Une certitude, notre économie va devoir développer des trésors d'innovation pour ne pas totalement sombrer et les forces vives de notre pays devront accepter d'être au coeur d'une tempête financière. Les discours va-t-en-guerre des superpuissances ne calmeront pas les ardeurs d'employés rompus au management agressif, qui vont sans doute devoir marcher sur la tête de leur propre famille pour préserver les dettes qu'ils auront contracté lors de taux d'intérêts historiquement bas...

La seule certitude que je nourris est que chacun de nous est le parent de son propre bourreau. 

Antonio Gambuzza