24/11/2017

@Balancetonporc, les hommes et l'armistice

Depuis le début du soulèvement numérique des femmes, mon genre m'a fait prendre un pas de recul. Non pas pour leur murmurer ce qui doit être dit ou ce qui doit être fait. Mais j'ai également fait un pas en avant, celui de la prise de conscience.

Un pas, la bonne distance pour épauler et prendre part à leur combat. Dans un sens comme dans l'autre, ce n'est qu'un pas. Une mesure qui sépare le respect des libertés d'expression et la sournoiserie de l'obscurantisme patriarcal.Quand une amie s'ouvre sur ses combats et ses fêlures, je prends conscience qu'elle a survécu au côté sombre de la passion, à la transparence des sentiments amoureux, elle continue d'être celle que je connais avec sa pudeur, ses espoirs et son quotidien.

Mes compagnons de routes masculins souffrent-ils d'autisme pour ne pas se rendre compte que celles qui prennent la parole pourraient être de leur famille? Pensent-ils vraiment que l'opprobre doit rester du côté des victimes? Si je comprends ce réflexe pavlovien, je me doute également que ce n'est pas la bonne solution.

La nature des réseaux sociaux permet de créer un buzz alors que la profondeur et la dimension des maux exprimés demeurent cristallisés dans leur cocons. Le regard de certaines femmes est déjà un écueil stigmatisant mais que dire de celui des hommes? Non pas les anciens puceaux qui se virilisent devant le moindre bas nylon mais ceux qui ont la bonne fortune d'avoir une famille et de s'être acheté une Rolex avant leur cinquante ans.

Comme anonyme, je me permets de soutenir les actions militantes de femmes qui décident par elles-mêmes de prendre la parole sur un sujet qui dépasse le code moral de la reproduction. En tant qu'anonyme toujours je me permets de pondre ces quelques lignes pour leur exprimer mon soutien de tous les instants car oui, je pense que les codes doivent bouger au cas par cas mais également de manière globale.

Si une majorité des électeurs décidaient que le parlement devait comporter un équilibre représentatif des genres afin de faire avancer notre société sans oublier personne, j'écouterai toujours attentivement celles et ceux qui oppose une fin de non-recevoir car les meilleurs arguments viendront toujours issus de leur réponses verbales et émotionnelles.
Mais pour les obtenir, il faut les susciter.

Mais quand les hommes publics prennent la parole, leurs propos sont révélateurs. De la part de Monsieur Zemmour, je n'attends pas de mélopées en faveur de l'émancipation des femmes en général. Mais quand j'entends Monsieur Joey Starr comparer la révolte des femmes occidentales sur leurs conditions professionnelles et personnelles, je souhaite que le second degré avec lequel j'ai toujours appréhendé ses textes ne devienne pas une confession intime.

Pour mémoire, il y a autant de comparaison avec #balancetonpoprc que le nom de son groupe NTM. Pourtant cet artiste multiple se positionne sur la question avec comme paradigme la délation de son voisin à un occupant qui envoie six pieds sous terre la personne dénoncée sans autre forme de procès. La campagne de communication subit déjà la pression de son environnement, n'inversons jamais les rôles. La seule comparaison symétrique avec les actes de guerre sont la fin d'une occupation et un accord de paix. 

 

Antonio Gambuzza

19:05 Publié dans Air du temps, Humeur | Tags : franceinter, #balancetonporc, tdg, #weinstein, patriarcat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/09/2017

La retraite, les femmes et le treizième salaire pour les couples mariés

24 septembre 2017, l’enjeu est important. Si l’on ne fait rien, à l’horizon 2030 la caisse AVS sera vide. Le train de mesure soumis au vote populaire permettrait de connaitre les mêmes difficulté à l’orée 2027 déjà. Une question se pose, nous prendrait-on pour des pigeons ?

En réalité, ce train de mesure ne permet pas d’assainir l’AVS mais d’augmenter significativement les rentes des retraités mariés (3’000.-/an au maximum) tout en accordant une compensation aux célibataires. Y aurait-il à Berne une personne suffisamment misogyne pour imaginer que la principale cause de divorce viendrait de l’inégalité entre les couples et les célibataires? Poser la question semble absurde et pourtant, l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes n’est pas anodine. Cette révision remet en cause un acquis social important pour les femmes; la non considération de leurs obligations familiales et professionnelles.

Pourquoi nous vend-on le Oui avec comme argument un assainissement alors que les mesures proposées accélèrent la prochaine révision. Que vient faire le deuxième pilier dans cette révision de l’AVS? Pour mémoire les chambres fédérales nous ont gratifié d’une loi qui oblige les fonds de pensions à se capitaliser à hauteur de 80% des rentes versées, mesure prise après le crash de 2007 afin les renforcer face aux risques de crash boursiers. 

Les élus fédéraux ont semble-t-til remarqué que les cantons connaissent des difficultés d’assainissement des caisses publiques de prévoyance. Ne leurs donnent-ils pas un coup de pouce en leur permettant de se recapitaliser sur les cotisations des assurés en abaissant les rentes des futurs retraités? La baisse des rentes du deuxième pilier est une solution acceptable pour le Conseil fédéral simplement parce que les prestations complémentaires sont versées par les cantons. C'est donc un report de charge opéré depuis Berne cette fois combattu par les artisans de la révision précédente.

Depuis 10 ans les marchés financiers semblent offrir des rendements moins importants. Pourquoi imposer aux caisses l’obligation d’investir sur ces véhicules financiers alors qu’il leur est interdit d’être actives dans le crédit à la consommation, d'autant que le remboursement pourrait s’effectuer par prélèvement sur le salaire. 

Personne n’est dupe. Le 24 septembre nous n’assainiront pas l’AVS mais provoquerons une baisse des rentes car si l’on reçoit un peu plus d’un côté (840.-/an minimum et jusqu'à 3'000.-/an pour les couple mariés jusqu'à ce que la mort les séparent) nous perdrons beaucoup de l’autre (800.-/an de rente par tranche de 100’000.- de capital pour tous) sans compter les augmentations de financements directs et indirects.

Si les arguments développés sont fallacieux, ils avancent de nombreux avantages et dissimulent d’innombrable inconvénients, le résultat de cette votation n’empêchera pas le retour en emploi de certains retraités de la classe moyenne, d’’exilés qui priveront la consommation locale de retombées économiques et déchireront des familles entières en fragilisant le développement social de jeunes et d’ados sans parents ni grands-parents.

La Présidente de la Confédération l’a dit, augmenter l’âge de la retraite est une solution pour laquelle l'économie privée n'est pas disposée à faire d'effort. Certes une augmentation des cotisations peut s’envisager mais c’est surtout les restrictions sur le financement de l'AVS et du deuxièmes pilier qui doivent être revues. 

Mais ce travail là n’a pas encore débuté.

 

Antonio Gambuzza

16:02 Publié dans Air du temps | Tags : pv2020, tdg, chvote | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

12/06/2016

La Morale et son contraire sont sur un bateau

La Slutwalk. Voilà un évènement qui peine à convaincre les consciences établies. Beaucoup imaginent des féministes mener un combat d'arrière-garde, reprenant les premières luttes des années 60.

Ce mouvement actuel ne va pas plus loin, il pense différemment. Si les militantEs ne revendiquent pas un modèle sociétal égalitaire, elles ne délaissent pas pour autant cet aspect des revendications historiques. Leurs revendications sont bien plus profondes ; elles s'infiltrent dans nos maisons, nos cultures et nos mœurs. 

Rappelez-vous, il y a quatre ans, un collectif de femmes a monté une marche commémorative sur l'écheveau d’une considération très personnel d’un représentant des forces de l’ordre de Toronto envers les victimes de viol.

Révulsées par ce qu'il faut bien appeler une profonde injustice, plusieurs mouvements ont vu le jour dans les capitales du monde occidentales avec le même mot d’ordre ; Insoumission ! 

Selon les subtilités culturelles, elles ont pris plusieurs formes et à Genève, minutieusement, chaque évènement a pris plus d’importance. Ce qui diffère entre la première et la dernière édition, hormis le nombre de participantEs en constante augmentation, est un espace d'expression offert à chaque individu, sans jamais juger ni se juger. 

Lors de l'édition 2016, pendant deux jours, chacunEs a pu se délivrer de ses poids morts au cours de divers ateliers. Pendant ces deux jours, se sont côtoyés des femmes et des hommes indifférenciés dans leurs motivations militantes. Le point culminant étant la Marche, Le Wallk !

Le 11 juin, entre 15h00 et 19h00, les passants ont pu voir l’expression toute personnelle de chacunE ; un homme cultiver l’androgyne similitude de la jeunesse, une femme entretenir le mythe épicène des métiers, une féministe de la première heure chanter contre un patriarcat omniprésent, une jeune femme effeuillée s’identifiant pacifiquement au mouvement Femen, un jeune homme en jupe arborant fièrement un soutien-gorge et toutSe ne souhaitaient alors qu’une seule chose, grossir les rangs civiques de gens ordinaires, afin que soient entendus les revendications des victimes de violences sexuelles.

Cette édition s’est déroulée dans un profond respect des genres et des militantEs. De la musique pour adoucir la rage, de l’eau pour lutter contre la chaleur (et oui il y a eu du soleil pendant la Marche) des slogans, beaucoup d’humour et surtout, la volonté de dire stop à cette banalisation.

L'an prochain, je prendrai mon après-midi afin d'apporter ma pierre à l'édification de ce qui est aujourd'hui un vide abyssal au soutien des victimes d'abus sexuels envers les femmes et les hommes, qu'ils soient mineurs ou majeurs.

 

Antonio Gambuzza

23:38 Publié dans Air du temps, Genève | Tags : slutwalk, genève, tdg, le courrier, le courriers, le temps, femen, ville de genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |