La mouche du coche, les amis de la constitution et le gouvernement en tonneau.

Imprimer

28 novembre 2021, c’est un oui clair en faveur de la loi Covid-19 qui sort des urnes.

C’est à peu près tout ce qu’il y aurait à dire si ce n’est que ce vote permet aux politiciens autoritaires et en poste de se sentir pousser des ailes pour jouer avec leurs opposants. En poussant la réflexion je me rends compte que ce sont bien leurs mêmes mauvaises fois qui cristallisent le débat.

Si Monsieur Poggia veut rendre les tests inéligibles au pass sanitaire, le coprésident des amis de la constitution se targuent d’être le défenseur de la démocratie, mieux de combattre la dictature; je cauchemarde...

L’un parle de ses opposants comme d'un monolithe de décérébrés et l’autre s’obstine à nier l’urgence en la combattant. Afin de garantir de la transparence dans la communication délivrée par le Conseil fédéral et ses conseillers, il serait de bon aloi de garantir une légitimation populaire. Ce n’est donc pas par voie référendaire qu’il fallait attaquer la législation Covid mais se mobiliser contre la loi sur les épidémies qui prévoit un régime d’exception intemporelle alors que celui-ci ne devrait pas se prolonger au-delà des six premiers mois pour être complétée par une commission parlementaire.

En 2021 nous n’aurons pas fait autrement que nous diviser. Au lieu d’écouter les "bêleurs" je vous invite à jamais ne manquer de bienveillance envers une personne, qui en tout bonne fois ne partage pas votre point de vu. Le sien est aussi légitime que le votre et il serait dommage que la mesquinerie matérielle l’emporte sur le bon sens démocratique.

On ne peut pas être pour ou contre une pandémie, on ne peut que soutenir l'action des décideurs et décider où se place le curseur des mesures d'accompagnement.

Antonio Gambuzza

 

Commentaires

  • " je vous invite à jamais ne manquer de bienveillance envers une personne", et cette bienveillance commence par ne pas infecter autrui d'un virus mortel, et c'est en cela que 62% du peuple suisse l'a compris comme tel.

  • Merci de ne pas tout confondre et ne pas véhiculer l'idée que 38% de la population est dangereuse.
    A moins que vous ne fassiez pas partie du personnel soignant, c'est votre seul comportement qui vous met en danger. Si une personne transmet une maladie à quelqu'un volontairement ce n'est pas de la bienveillance civique, c'est pénal.

  • Un résultat n'est pas interprétable. En 1986 lorsque la Suisse avait voté à 36% en faveur de l'initiative pour une Suisse sans armée cela ne voulait pas dire qu'il y a avait 36% de sympathisant du GSSA. Du reste nos autorités avaient largement profité de ce résultat pour réformer la grande muette en désignant la gauche comme responsable de mesures non pas stratégiques mais économiques...

    Il ne fait aucun doute que la majorité de la population soutien les mesures prises car les articles de la loi portaient essentiellement sur les aides financières (9 sur 12) mais le bon sens demeure. Le oui soutien la mise à jour de la loi mais en aucun cas ne désigne un coupable. Je réitère mon appel à la raison qui inclus les commentateurs.

  • Cher Monsieur, je ne véhicule pas l'idée que 38% de la population soit dangereuse. Je n’ai jamais affirmé cela. J'ai simplement parlé du risque envers autrui que peut comporter la non-vaccination. Nuance donc.

    Si l'on est pas en possession de tous ses moyens physiques on ne prend pas le volant. Non pas parce qu'on est dangereux, mais parce que le manque de moyens risque de provoquer la mort d'autrui. Je regrette que vous n’ayez pas compris que ce ne sont pas les personnes non-vaccinées qui sont dangereuses, mais le virus qu’elles pourraient porté en elle.

    Par ailleurs, il faut un permis pour tout. Un permis de conduire, un permis d'exercer une profession, un passeport, une carte d'identité, etc, etc. Et en période de pandémie, la majorité du peuple a implicitement accepté par 62% qu'il faut un passeport covid pour circuler parmi les gens. Aussi tiens-je à souligner que l'appel à la raison inclut aussi que l'on puisse s'exprimer librement sur le blog de la TDG, en toute cordialité. J'en reste là, tout en vous souhaitant une agréable fin de soirée.

  • Cher Monsieur,
    Merci pour cette précision. Si 38% de la population se retrouve dans le non, certaines s'interrogeaient sur les conséquences du oui dans la gestion de cette crise sociale et sanitaire. Au sein de ces contestataires sans doute des personnes vaccinées qui goûtent peu à leur liberté bridée.

    Et sur ce point, une personne non-vaccinée qui observe un comportement prudent en portant un masque FFP2 dans les lieux clos, qui s'abstient de contacts protocolaires et qui se désinfecte les mains propage moins de matériel bactériologique et virale qu'une personne vaccinée qui se sent immunisée de tout et qui sert des mains sans conscience des conséquences. La corrélation entre le vaccin et le retour à la normale est pour le moment chimérique.

    Vos démonstrations sont vaines et ineptes car la majorité des chauffard ont passé un examen de conduite. Votre liberté d'exprimer votre opinion est garantie sur mon blog, pour autant que vous ne vous érigiez pas en sauveur, que vous ne fassiez pas preuve de malice et que vous respectiez des idées contraires aux vôtres.
    Bien à vous

  • Justement : Je ne m'érige pas en sauveur, je ne fais aucunement preuve de malice, et je respecte parfaitement des idées contraires aux miennes.

    Merci d'avoir bien voulu publier cette mise au point.

  • Cher Monsieur,

    C'est très bien de respecter les opinions contraires, c'est même la preuve d'une éducation riche et tournée vers la découverte.
    Vous aurez compris que mon post initial ne s'adresse surtout à nos élites qui sont citées et non à leur militants qui pourraient s'accommoder de dommages collatéraux, surtout s'ils ne sont pas concernés. Comme je l'ai dit, une personne non-vaccinée qui s'en tient observe une attitude défensive ne propagera pas le virus alors qu'une personne vaccinée qui se comporterait sans fard ferait courir un risque élevé à toutes les personnes qui auraient la même attitude.

    Nos dirigeants devront donc trouver le chemin pour être rassembleur de toutes les citoyennes et de tous les citoyens au lieu comme pour certains, de souffler sur le brasier encore actif.

Les commentaires sont fermés.